En juillet, faire le guet ou le coquet

Au creux des tiges, paré d’une dextre coquille spiralée, un gastéropode recroquevillé se fige. Dans l’obscurité de la fraîcheur dissimulé, l’escargot semble attendre un temps propice avant d’appréhender les verdoyantes – et appétissantes – pistes !

coquille d'escargot habitée avec un gastéropode fixé entre les tiges d'une plante | photo MD studio
escargot enroulé dans sa coquille | photo MD studio

Pluie de juillet, faisons le guet pour séduire puis le coquet pour s’enhardir !


Une photographie d’escargot me semblait appropriée ce mois-ci : entre l’attente parfois prolongée et le sentiment d’impuissance face aux évènements, la capacité à se reconstruire inhérente de la coquille sauf pour l’apex qui reste très fragile, cet animal renvoie à un état d’esprit et à une résilience fluctuants, adaptée aux circonstances de 2021.