Entre soleil et pluie, l’arc-en-ciel s’épanouit

La Fierté c’est toute l’année ! Mais en l’occurrence, ce cliché date bien de juin :

photographie en noir et blanc à l'exception du drapeau arc-en-ciel en forme de coeur
En marche mais à reculons ? Prendre de la hauteur ou se prendre un mur ?

Opposition au mur
Le passage en noir et blanc de l’ensemble de l’image permet la valorisation du drapeau arc-en-ciel : les autocollants aux couleurs vives ressortent comme un symbole de vie, de joie et d’espoir dans un univers par ailleurs atone (privé de couleurs). Le piéton sur le panneau de signalisation semble quitter le mur mais en allant vers la gauche qui est souvent associé au passé en photographie occidentale.

Vers le ciel bleu et plus encore
La symétrie axiale permet d’inverser le ciel et le mur : elle offre un espace de liberté sur la partie droite (qui en occident se rapporte souvent à l’idée de futur, comme le sens de l’écriture latine). Le piéton semble maintenant cheminer vers l’avenir. Le sens devient alors : Cheminons progressivement certes, mais ensemble !

photographie d'un panneau de signalisation et drapeau arc-en-ciel en forme de coeur
Inverser l’image, vers l’horizon et la compréhension plutôt que l’appréhension

Suivant comment l’on tourne la photographie, le sens de celle-ci s’étoffe voire change complètement. Les nuages qui se confondent derrière le mur peuvent ainsi changer de signification : à gauche, la fumée devient tangible (les craintes se matérialisent en mur fermé) ; à droite, le mur de crainte s’étiole et part en fumée.

Le thème du drapeau de la fierté associé au panneau de signalisation est également porteur : une signalisation informe. Or les festivités de juin ne sont pas uniquement dédiées à la fête, justement mais aussi à l’information !

Ce qui m’intéresse vivement dans cette composition est la façon dont elle sert le propos : des lignes ascensionnelles qui représentent une élévation de la pensée, ou au moins, une évolution de la mentalité. Vers plus de compréhension plutôt que l’appréhension ou le rejet.

Séquence photographique et Comparaison d’images dans WordPress

L’outil « comparaison d’images » de WordPress rend les séquences photographiques vraiment sympathiques !

J’adore déplacer le curseur entre les deux images pour y découvrir de nouveaux aspects, des détails qui illustrent un instant avant ou après… Et finalement, racontent une histoire. La narration s’opère grâce au curseur de comparaison d’images qui joue un rôle d’ellipse temporelle, comme le blanc entre deux cases en bande-dessinée.

Comparaison d’une ruelle, ou plutôt d’une rue disparue, où seul subsiste un graff coloré – photographié pour la première fois en mars 2018 puis plus récemment, début avril 2022 :

photographie d'un graph qui ornait une ruelle avant sa démolitionphotographie d'un graph qui ornait une ruelle avant sa démolition
Même plan, même graff, dans une rue à présent disparue | 2018 – 2022 | photo MDstudio

Un niveau de sol a manifestement été ôté et l’arbre déraciné. Les garages sur les côtés ont été abattus. Cette « rue à présent disparue » fait référence à Graff en couleur, gris de rigueur ; c’est une surprise que l’œuvre murale demeure… Et en quatre ans, elle a été passablement agrémentée.


Côté procédé : pour réaliser une séquence, le cadrage et le sujet doivent être identiques. Habituellement, peu de temps s’écoule entre chaque cliché – comme dans Tour Lu en contre-jour, ou Rentrée des classes sans impasses où les photographiques sont espacées de quelques secondes.

Toutefois, j’ai trouvé tout aussi intéressant de reprendre le même point de vue à quelques années d’intervalle comme dans Comparaison du chantier de la gare, ou simplement, à quelques jours d’écart – comme dans Végétalisation au balcon – que je remets ici pour l’éclosion du bourgeon de droite, tandis que celui de gauche reste en floraison :

Capucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudioCapucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudio
Végétalisation au balcon : comparaison d’éclosion

Ce qui serait encore plus intéressant serait de pouvoir choisir l’emplacement du curseur au moment de la publication, comme par exemple, un curseur placé au tiers de l’image et non pas au beau milieu : ) Mais cet outil de présentation reste super !


L’exercice de comparaison avec séquence photo me tente bien. D’autant que je m’y suis peu initiée jusqu’à présent – voici mes quelques rares exemples de narration avec le même procédé :

Sinon, rdv dans les « articles similaires » !

En avril, on décroche le fil

… Le fil du ballon :

Ballon d'hélium & Pachira | photo MDstudio
Ballon d’hélium & Pachira | photo MDstudio

Le dicton « en avril, ne te découvre pas d’un fil » reste bien valable cette année : beau temps et froidure pour un confinement certes relâché mais qui dure. Donc, si l’on désire des clichés avec une lumière rasante ou crépusculaire, on improvise : ici un jeu de lumière entre le ballon d’hélium, recevant la clarté de fin de journée, provenant de la fenêtre (hors cadre, à droite) et distribuant cette lumière singulière sur son environnement. Il apparaît un fort contraste entre la pièce assombrie et surtout, le deuxième acteur de cet instant, le Pachira (arbuste en bas à droite) intensément éclairé par cette source de lumière improvisée, réfléchie de plein fouet par la surface du ballon plastifié. Une expérience juste le temps de la photographie, car ce châtaignier de Guyane n’est pas réputé pour apprécier la lumière directe… Sinon, il crame !

Jeu d’ombres et de lumières

Suite de pâquerettes en fêtes, photographie prise en hauteur cette fois : est-ce que je pose réellement la main sur cette arbre ? Ou seulement un effet de projection dans cette ombre portée ?

photographie en noir et blanc, projection ombre, silhouette humaine & tronc d'arbre, herbe et pâquerettes | photo MDstudio
Un effet de tourbillon dans cette photographie en ombre chinoise | photo MDstudio

A l’inverse, une photographie prise à un niveau intermédiaire – et ainsi accorder un bel effet de perspective à ce chemin ajouré de soleil : pour que la lumière jaillisse entre les branches effilées, caresse l’asphalte dans un léger dégradé, les différences de tonalité sont les bienvenues :

photographie en noir et blanc, vue d'un chemin en bord de Loire, contre-jour, ombre des branches sur le talus et l'asphalte | photo MDstudio
Vue d’un chemin en bord de Loire, contre-jour | photo MDstudio

Séquence photographique : Tour Lu en contre-jour

Fraîche promenade ou rentrée au bercail, au pas cadencé ou sur roue déjantée :

séquence - photo 01 | Tour Lu en contre-jour au crépuscule | photo MDstudioséquence - photo 02 | Tour Lu en contre-jour au crépuscule | photo MDstudio

Si le phare de la Tour n’est point encore allumé, les lampions éclairent le chemin jusqu’à son orée.

A tous, je vous souhaite une excellente – ou bonne – ou meilleure – année !

Ma rue en fleurs : une belle initiative !

Par définition, « ma rue en fleurs » est exactement le sujet qui m’anime dans « ville de nature, nature en ville » sur MDstudio :

affiche pour "ma rue en fleurs" en 2020 à Nantes
affiche pour « ma rue en fleurs » en 2020 à Nantes

Le ciel se parait de cyan mais j’ai volontairement passé la photographie en noir et blanc – excepté le haut de l’affiche. Uniquement pour valoriser les notes de couleurs végétales qui orneront je l’espère davantage de rues et de ruelles bitumées ! Il s’agit ici d’une initiative que j’apprécie particulièrement et dont j’avais déjà publié quelques clichés de mon quartier.

Pour participer à « Ma rue en fleurs » à Nantes*, rendez-vous sur le site des jardins de Nantes ou sur le site de Nantes Métropole pour savoir où retirer vos kits de graines gratuits ainsi que les modalités de plantation et d’entretien : )


* Selon les villes, la démarche diffère sensiblement – celle de Bordeaux et de Mulhouse par exemple demande une petite préparation administrative. Vous trouverez aussi des adaptations locales dans les métropoles proches des « grandes » villes.

Végétalisation au balcon

Ici le confinement s’est vécu sous bâches et échafaudages… Le balcon privé de verdure s’est teinté du son strident des instruments* et baigné d’effluves de lourds dissolvants. Sortir et verdir il était temps : capucines à l’abordage, pucerons dans les parages !

Capucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudio
Capucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudio

Le conifère en alcôve de vert est un Cyprès GoldCrest de Toscane, adopté il y a un an et demi – et placé en garderie pendant les travaux* de réfection. Pour l’anecdote, je jette habituellement mon dévolu sur les promenades en bords de Loire, mais elles étaient également proscrites. Le déconfinement a donc d’abord été synonyme de libération et de re-végétalisation du balcon ! Ici, une séquence en deux photographies de Capucines après la pluie :

Capucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudio
Capucines & floraison : séquence cliché n°1 | végétalisation du balcon | photo MDstudio

Capucines et Cyprès | végétalisation du balcon | photo MDstudio
Capucines & floraison : séquence cliché n°2 | végétalisation du balcon | photo MDstudio

Les capucines sont connues sous l’appellation des « amies du jardinier »… Un vrai nid à pucerons ! Le puceron, une redoutable édile dans cette petite municipalité verdoyante, havre de paix et de prospérité en l’absence de prédateur – comme la coccinelle qui se fait attendre.

* Depuis septembre 2019, les travaux se prolongent et colorent l’environnement sonore : au vibrato des avions et des solos d’hélicos, au trémolo de moteurs et autre crédo de véhicules, les perceuses-visseuses dominent encore cet urbain concerto.

 

Avril | tout en fil

« En avril ne te découvre pas d’un fil ». Surtout ceux des masques barrières !

J’en ai confectionné quelques-uns, comme indiqué dans Fleurs d’intérieur, couture de dure. Je vous épargne les clichés de mes créations, un thème photographique qui ne manque certainement de s’épanouir sur la toile ces derniers temps. Merci à l’Afnor pour son document publié fin mars et à l’auteure de « la couture pour les gourdes » qui m’ont vraiment aidée dans la réalisation. Les tutoriels divers fleurissaient de toute part et, bien que je plussoie à la diversité des méthodes, j’avais personnellement quelques doutes sur la marche à suivre.

Place à une image consécutive aux rapports belliqueux avec la machine à coudre et le 100% coton en tissus ou en fils – j’ignore qui d’elle ou moi a vaincu l’autre ! Finalement, nous avons réussi à faire connaissance, à cohabiter et à nous entraider. Voici donc un amas de chutes colorées, entrelacs de tentacules biseautées, et autres appendices bigarrés :

chutes de tissu, couture du quotidien | photo MDstudio
chutes de tissu, couture du quotidien | photo MDstudio

Même si j’en avais eu l’occasion, je me serais refusée à acheter de nouveaux masques synthétiques, que ce soit pour des raisons sanitaires et civiques (toutes les personnes et professionnels exposés) d’une part, et écologiques d’autre part – la question du recyclage se pose toujours et côté pollution, déforestation et amenuisement de l’habitat naturel, on a déjà fait très fort. Inutile d’en rajouter dans la mesure du possible.

chutes de tissu, couture du quotidien | photo MDstudio
chutes de tissu, couture du quotidien | photo MDstudio

Depuis, les merceries ont ré-ouvert au public, en drive puis en présentiel et il aurait été plus facile de confectionner ces masques si j’avais attendu fin avril. Certain.e.s d’entre-vous connaissent peut-être déjà la ruée vers la popeline, la cretonne ou la toile à drap…

…Le coton : le nouvel or du moment (surtout quand le baril de pétrole se vend en négatif) !

Lignes ferroviaires sur bleu d’hiver

Janvier et trajets ferroviaires pour un jeu de crêtes entrelacées et de lignes caténaires !

Suivant l’angle de vue, les droites lignes d’alimentation forment des axes de tension variables… Qui tantôt frôlent, s’éloignent ou épousent les cimes arborées et indémaillables :

lignes d’alimentation électriques vue en parallèle
lignes d’alimentation électriques sous un autre angle

Photographies prises côté ouest vers la gare de Nantes. Le système électrique au premier plan contraste par sa rectitude et sa simplicité avec les branches torsadées et éclectiques en arrière-plan : simplicité versus foisonnement, création humaine rectiligne pour les câbles, intervention humaine maîtrisée pour la taille des arbres.

Ces éléments restent immobiles et pourtant suggèrent un invisible mouvement – respiration pour les arbres, transmission pour les câbles… Que seuls matérialisent, quelques instants, les trains et leurs passagers. Ce ballet de trajectoires, où le métal dessine le végétal, me séduit toujours d’autant qu’il en ressort des lignes de forces. Juste pour la composition, très graphique ce mois-ci !

Effet de double exposition

La volière au Jardin des Plantes de Nantes offre un spectacle étonnant ! Le ciel s’y reflète et crée un effet de sur-impression entre les oiseaux et leur habitat, qui se confond avec le ciel et les ramures environnantes :

Volière de perruches ondulées à l'automne, Jardin des Plantes de Nantes | photo MDstudio
Volière de perruches ondulées à l’automne, Jardin des Plantes de Nantes | photo MDstudio

La volière se conjugue au ciel vitrifié et se voit prolongée au gré des branches à proximité. En hauteur, les nids en bois se confondent avec les feuilles dans des tons de magenta et de vermillon, tandis qu’en bas, les parois embuées distillent les couleurs vert-bleutées des ombres comme propagées à leur intention.

Pour cette photographie, comme pour toutes celles que j’ai prises ce jour-là, je n’ai pas eu à juxtaposer quoi que ce soit ; l’effet de double-exposition s’imposait naturellement et le sujet mériterait probablement une série à part entière, bien que je ne dispose pour le moment que de quatre clichés valables à vous montrer sur le sujet.